Download E-books Un jour la jument va parler... PDF

By Marcelyne Claudais

Plus qu’un roman, voici un récit autobiographique porté par des personnes réelles qui empruntent parfois des noms fictifs pour se livrer plus librement et jouer leurs rôles incognito, derrière un masque, comme au théâtre.

À l. a. demande de nombreux lecteurs, Marcelyne Claudais nous présente avec plaisir cette édition revisitée du ideal roman de son parcours d’écrivaine. Avec Un jour los angeles jument va parler… elle nous invite à rencontrer Élise, une femme qui aime trop, déchirée entre l’amour idéalisé qu’elle éprouve pour Gabriel et l’urgence de recouvrer sa dignité. Oscillant entre l’humour et l’émotion, on rit et on pleure avec Élise, sans jamais perdre espoir qu’un jour los angeles jument va parler… Et l. a. jument qui parle, c’est l’improbable, l’imprévisible, l’événement impromptu qui arrive à aspect nommé quand on s’ouvre à los angeles vie.

Aux nouveaux lecteurs, ce roman promet une merveilleuse découverte, et à ceux qui en ont déjà apprécié los angeles lecture, cette nouvelle édition d’Un jour l. a. jument va parler… offre l’occasion d’un ultime rendez-vous avec Élise, puisque le texte unique, légèrement peaufiné, a été complété par un cadeau de l’auteure qui nous convie, en épilogue, à une soirée spéciale où certains personnages se retrouvent plusieurs années plus tard.

Show description

Read or Download Un jour la jument va parler... PDF

Similar Canadian Literature books

Afterimage

Encouraged by means of the lifetime of Julia Margaret Cameron, Afterimage is the daring and provocative tale of Annie Phelan, a maid in the house of Isabel and Eldon Dashell. Isabel is experimenting with the hot medium of images, and is electrified through Annie, who turns into her muse. the 2 shape a detailed courting, but if Eldon devises his personal plans for the younger maid, Annie approximately loses herself, until eventually catastrophe finds her strength over the Dashells’ paintings and hearts.

Clara Callan: A Novel

In a small city in Canada, Clara Callan reluctantly takes go away of her sister, Nora, who's sure for brand new York. it is a time while the transforming into possibility of fascism in Europe is a continuing fear, and other people break out from fact via radio and the films. in the meantime, the 2 sisters -- significantly various in character, but inextricably associated via a shared previous -- attempt to locate their areas in the advanced internet of social expectancies for younger ladies within the Thirties.

Belle Moral: A Natural History

Following her father’s demise, beginner scientist Pearl MacIsaac struggles to find the key of her family’s previous, which her father were stored hidden with the aid of the relations healthcare professional. Set in Scotland in 1899, this darkish and redemptive gothic comedy is a narrative of relatives secrets and techniques that experience come to lifestyles and of the beginning and evolution of principles – and actually a play of morals.

The White Bone: A Novel

An exciting trip into the minds of African elephants as they fight to outlive. If, as many fresh nonfiction bestsellers have printed, animals own feelings and understanding, they have to even have tales. within the White Bone, a unique imagined totally from the point of view of African elephants, Barbara Gowdy creates an international entire and separate that but illuminates our personal.

Additional resources for Un jour la jument va parler...

Show sample text content

On retourne à los angeles maison ce soir ? — Non, pas encore. — Tant mieux, je vais pouvoir inviter François ! Mélanie s’empresse de mettre son frère au courant des derniers développements. Et je constate avec shock qu’elle emploie exactement les mêmes mots que moi pour lui parler. Alexandre ne semble pas du tout déçu à l’idée de rester à Biarritz encore un mois. Je descends payer mon loyer, bien décidée à ne donner aucune explication. Le concierge me fait un drôle de petit sourire. Je fais le chèque : cent quatre-vingts dollars ; ça me crève le cœur. — Comme ça, votre mari reste encore à l’hôpital ? — C’est ça, il reste à l’hôpital. — C’est lengthy son affaire ! — Très lengthy, oui… — Heureusement que vous sortez pas mal, sans ça vous pourriez vous ennuyer. Je préfère ne pas alimenter ses commérages. Jacqueline m’attend dehors. Nous allons ensemble à un assembly Al-Anon, le most desirable depuis mon départ de los angeles maison. En entrant dans los angeles salle, un slogan épinglé sur le mur me rappelle ma première visite à une assemblée de ce style, quand, vivement encouragée par Monique et Jean, j’étais venue chercher de l’aide auprès de ces gens que je méprisais un peu au départ. Gabriel m’avait fait, ce jour-là, une de ses célèbres crises, puis il s’était sauvé en claquant l. a. porte. Prise de panique, j’ai enfin crié : Au secours ! En cherchant le numéro dans le bottin, ma major tremblait. On m’a indiqué une adresse : j’y suis allée. Après un lengthy second d’hésitation, j’ai osé pousser l. a. porte de los angeles grande salle où se tenait los angeles réunion. Une femme élégante, souriante, s’est alors avancée vers moi, en me tendant l. a. major. — Bonjour ! Je m’appelle Pauline ! — Et moi Élise… Je rencontrais Pauline et découvrais du même coup une oasis de tendresse et de compréhension. l. a. poignée de major de cette femme me disait : Tu n’es pas seule, tu ne seras plus jamais seule ! Quel réconfort ! Au début, ma pensée s’envolait souvent vers Gabriel. Où était-il ? Que faisait-il ? Peut-être soupait-il dans un eating place stylish, en excellente compagnie ? Qui donc était cette femme à qui il avait parlé, los angeles veille ? J’imaginais Gabriel avec une autre femme : belle, très belle, plus belle que moi ! Jeune, très jeune, plus jeune que moi ! Élise, chère Élise, on think toujours l’autre plus belle et plus jeune que soi. Soudain, mon regard s’était posé sur ce slogan écrit en lettres bleues sur un grand carton jaune : EST-CE SI IMPORTANT ? Sans savoir exactement ce qui venait de se passer, je m’étais sentie tout à coup beaucoup plus calme. Je ne souffrais plus. Quelques mots bien choisis avaient suffi pour me ramener sur terre : L’important d’abord… et l’important, ce soir-là, c’était Élise, seulement Élise. J’étais profit à Versailles complètement régénérée. Gabriel était déjà rentré. Il m’attendait. Et je me souviens encore de son regard quand il s’était approché de moi pour m’embrasser. Je n’avais pas pu résister. Nous avions fait l’amour passionnément, cette nuit-là, puis nous avions parlé jusqu’à ce que le jour start à poindre derrière les arbres.

Rated 4.59 of 5 – based on 11 votes