Download E-books Mary l'Irlandaise PDF

By Maryse Rouy

Après ses romans inspirés par le Moyen Âge français, Maryse Rouy nous raconte cette fois une histoire québécoise inspirée de faits vécus. Avec cette écriture vivante et directe qu’on lui connaît, l’auteure hint le portrait d’une jeune femme volontaire et généreuse qui prend position parmi les héroïnes les plus fortes et les plus attachantes du roman contemporain.

Printemps 1833. À los angeles suite de los angeles décision de son père, Mary, à peine âgée de 14 ans, quitte l’Irlande pour les États-Unis. Une épouvantable tempête aggrave les stipulations de voyage, déjà très difficiles. À Québec, où le bateau fait escale, son oncle et sa tante, qui s’étaient engagés à veiller sur elle, l’abandonnent.

Seule dans un can pay inconnu, Mary n’est pourtant pas de celles qui pleurent sur leur kind. Elle se bat pour survivre, travaille, s’engage dans l. a. vie, mûrit au fil des épreuves. De l’île d’Orléans à Québec, puis à Berthier, en cette période troublée qui mène à l. a. rébellion de 1837, elle côtoie l. a. maladie et l. a. mort, rencontre l’amitié, trouve l’amour.

Show description

Read Online or Download Mary l'Irlandaise PDF

Similar Canadian Literature books

Afterimage

Encouraged by means of the lifetime of Julia Margaret Cameron, Afterimage is the daring and provocative tale of Annie Phelan, a maid in the house of Isabel and Eldon Dashell. Isabel is experimenting with the recent medium of images, and is galvanized through Annie, who turns into her muse. the 2 shape an in depth courting, but if Eldon devises his personal plans for the younger maid, Annie approximately loses herself, until eventually catastrophe finds her energy over the Dashells’ paintings and hearts.

Clara Callan: A Novel

In a small city in Canada, Clara Callan reluctantly takes depart of her sister, Nora, who's sure for brand spanking new York. it is a time while the transforming into danger of fascism in Europe is a continuing fear, and other people get away from fact via radio and the films. in the meantime, the 2 sisters -- greatly various in character, but inextricably associated by means of a shared prior -- try and locate their locations in the advanced internet of social expectancies for younger ladies within the Thirties.

Belle Moral: A Natural History

Following her father’s dying, novice scientist Pearl MacIsaac struggles to find the key of her family’s earlier, which her father were saved hidden with assistance from the relatives health care provider. Set in Scotland in 1899, this darkish and redemptive gothic comedy is a narrative of kin secrets and techniques that experience come to lifestyles and of the delivery and evolution of principles – and actually a play of morals.

The White Bone: A Novel

An exciting trip into the minds of African elephants as they try to outlive. If, as many contemporary nonfiction bestsellers have printed, animals own feelings and know-how, they have to even have tales. within the White Bone, a singular imagined completely from the viewpoint of African elephants, Barbara Gowdy creates an international entire and separate that but illuminates our personal.

Extra resources for Mary l'Irlandaise

Show sample text content

Pourquoi ces filles, qui ne los angeles connaissaient pas, l. a. rejetaient-elles ? Elles auraient pu devenir ses amies. Sur le voilier, l’intimité avec Elena l’avait comblée, mais depuis leur arrivée au Bas-Canada, los angeles jeune femme avait fait l. a. connaissance de gens de son milieu qu’elle fréquentait assidûment. Son perspective envers Mary restait chaleureuse, mais elle était si peu présente que l. a. fillette, qui s’ennuyait, avait tout loisir de remâcher ses malheurs. En débarquant à l’île d’Orléans, Mary avait european l’espoir que tout changerait à l. a. vue de l. a. nombreuse famille Prévost. Mais les filles ne voulaient pas d’elle. Sa tante non plus ne l’avait pas voulue, et ses mom and dad s’en étaient débarrassés en l’envoyant de l’autre côté de l’océan. Personne ne l’aimait. Si elle mourait, peut-être qu’on ne s’en apercevrait même pas. Des pierres roulant sous des pas l’avertirent qu’on approchait. Craignant que ce ne fussent les filles, elle se redressa, prête à fuir : elle avait european son compte d’avanies pour l. a. journée. En voyant Thomas, elle se détendit. C’était un beau petit garçon, roux et bouclé, les bras et les jambes hâlés par le soleil. Il lui manquait deux dents sur le devant, ce qui le faisait zézayer. Il s’assit à côté d’elle et l. a. supplia : — Parle-moi. Je t’en prie, parle-moi. Quand je ferme les yeux, c’est comme si ma sœur était profit. Touchée, Mary l’attira contre elle et, tandis qu’elle caressait l. a. tête qu’il avait posée sur ses genoux, elle lui raconta le voyage en bateau, los angeles trahison de sa tante, l. a. générosité d’Elena. Elle lui confia toute son histoire, sans se faire prier, comme elle l’avait fait avec le prêtre avant de quitter Québec. Et parler à ce petit garçon aux yeux clos, qui l’écoutait de toute son âme, adoucit sa peine. Thomas, pour lequel elle évoquait los angeles grande sœur perdue, lui rappelait Paddy, qu’elle avait si souvent rabroué ou consolé. Il lui manquait tant ! Comme Patrick, Liam, son père et sa mère. Mary se tut et Thomas parla à son travel. Il s’exprimait avec maladresse, mêlant beaucoup de mots français à sa langue maternelle qu’il commençait d’oublier, mais elle n’eut pas de mal à comprendre son histoire. Cette famille, qui avait undertakeé le jeune orphelin, le traitait comme un fils. Au début, l’enfant n’avait pas compris à quel element il avait ecu de los angeles likelihood d’avoir été choisi par les Prévost, automobile à son chagrin d’avoir perdu tous les siens, s’ajoutait los angeles trickyé de vivre dans un monde dont l. a. langue lui était inconnue. Mais très vite, il s’était aperçu que ces gens-là ne cherchaient pas un domestique : ils voulaient un fils pour remplacer celui qui leur avait été repris. Depuis l. a. mort en bas âge de l’aîné, chaque automne, comme une malédiction, apportait une nouvelle fille. Or c’était un garçon qu’il fallait à Martin Prévost, et il le voulait jeune pour lui apprendre à travailler à sa manière. À Sainte-Famille, conclut Thomas avec fierté, tout le monde le considérait comme le fils Prévost. Mais, à présent, ajouta-t-il d’une voix qui se brisa, plus personne ne l’appelait Thomas Barry.

Rated 4.97 of 5 – based on 22 votes