Download E-books Contes d'appartenance PDF

By Herménégilde Chiasson, Jean Marc Dalpé, Manon Beaudoin, Yvan Bienvenue, Louis Patrick Leroux, Marc Prescott

Six villes de l. a. diaspora francophone – Vancouver, Edmonton, Winnipeg, Ottawa, Montréal et Moncton – émergent sous los angeles plume de ces conteurs de fin de siècle. Des contes qui ont en commun une curieuse étrangeté d’où s’élève pourtant une lueur d’espoir. En cela, seraient-ils à l’image, plus ou moins confortable, plus ou moins à l’étroit, des francophonies dont ils sont le témoin et le reflet ?

Des contes éclatants, crus, de Manon Beaudoin, Yvan Bienvenue, Herménégilde Chiasson, Jean Marc Dalpé, Patrick Leroux et Marc Prescott. L’empreinte de chaque auteur y est indéniable.

Show description

Read or Download Contes d'appartenance PDF

Similar Canadian Literature books

Afterimage

Encouraged by way of the lifetime of Julia Margaret Cameron, Afterimage is the daring and provocative tale of Annie Phelan, a maid in the house of Isabel and Eldon Dashell. Isabel is experimenting with the recent medium of images, and is electrified through Annie, who turns into her muse. the 2 shape a detailed dating, but if Eldon devises his personal plans for the younger maid, Annie approximately loses herself, till catastrophe unearths her strength over the Dashells’ paintings and hearts.

Clara Callan: A Novel

In a small city in Canada, Clara Callan reluctantly takes go away of her sister, Nora, who's certain for brand spanking new York. it is a time whilst the starting to be possibility of fascism in Europe is a continuing fear, and other people get away from truth via radio and the films. in the meantime, the 2 sisters -- drastically various in character, but inextricably associated through a shared prior -- attempt to locate their locations in the complicated internet of social expectancies for younger ladies within the Nineteen Thirties.

Belle Moral: A Natural History

Following her father’s dying, beginner scientist Pearl MacIsaac struggles to find the key of her family’s earlier, which her father have been stored hidden with the aid of the kin surgeon. Set in Scotland in 1899, this darkish and redemptive gothic comedy is a narrative of kinfolk secrets and techniques that experience come to existence and of the start and evolution of principles – and actually a play of morals.

The White Bone: A Novel

An exhilarating trip into the minds of African elephants as they try to outlive. If, as many contemporary nonfiction bestsellers have published, animals own feelings and know-how, they have to even have tales. within the White Bone, a singular imagined fullyyt from the viewpoint of African elephants, Barbara Gowdy creates an international complete and separate that but illuminates our personal.

Extra info for Contes d'appartenance

Show sample text content

En tout cas, elle a emménagé avec son friend � and yadayadaya »… Je vas faire une infrequent visite chez Jos. Y’est ben bizarre. J’y demande remark ça va. � Same previous, standard, sizeable. » Pas de nouvelles de Mona. Ça faisait presqu’un mois qu’était pas venue faire son procuring. no matter what. Je suis pas leisureé longtemps. Jos feelait pas. Une couple de jours plus tard, j’ai une rage de dent du tabarnac. Je vas à l. a. pharmacie pour acheter du Anbesol. Y’ en a pas. Je vas de l’autre bord de l. a. rue au Safeway — qui je vois ? — Mona. � Hé ! » A’ me regarde pis — hiiiii… Ça l’air à aller ben mal à store. A’ tremble. Est blême. Est tout trempe. Ses yeux sont creux. Crisse ! J’ai flashé tu-suite ! Ça se despatched ces affaires-là. Ça se voit dins yeux. Est en manque. � Comment ça va ? » que j’y demande. Pis a’ se met à brailler, mon gars, drette là dans le Safeway, dans rangée des céréales, entre les Fruit Loops pis les Cocos Puffs. � Je suis ben malade, qu’a me dit. — T’as arrêté. C’est common. — Je suis enceinte. » Okidou. � Je suis pus able. » Je regarde dans son panier pis je vois des Tylénols, du Benadryl pis du Vicks DM. � Ben los angeles première selected qu’on va faire, que j’y dis, c’est de remettre tout ça su’ les rayons pis on va aller prendre un café. » Ça fait qu’on est allés au Robin’s pis a’ m’a tout’ raconté l’histoire — qu’avait jamais pensé qu’était addict jusqu’à ce qu’elle essaye d’arrêter. Pour le bébé. Mais là, a’ en pouvait pus pis est allé chez Jos mais y voulait pas lui en donner. � Je l’ai supplié. Le tabarnac ! J’ai ecu tellement honte. Je l’haïs tellement pour m’avoir fait sentir reasonable de même ! Quand y’est revenu, j’ai pris le inventory pis j’ai pitché l’argent su’a desk pis j’ai crissé mon camp. » Je me disais que Jos avait quand même fait son attainable. Je me souviens même d’avoir éprouvé, à ce moment-là, un sure sentiment de fierté et d’admiration pour lui. Pis là, Mona, a pitch le sachet de coke su’a desk. Drette-là dans le Robin’s. � Tiens. Je le veux pas. Prends-le. Fais ce que tu veux avec. » Je l’ai pris. Je lui ai donné mon numéro de téléphone pis je lui ai dit qu’a’ pouvait m’appeler n’importe quand. Comme les A. A. So, je suis retourné chez nous pis quand j’ouvre l. a. porte — c’était comme si un cheval s’était rué sur moé pis que j’avais mangé un coup de sabot dans tête. Ma rage de dent, câlice ! J’avais rien acheté pour. Shit ! Cossé je vas faire, estie ? Attends. Mona m’avait donné sa coke. Je pourrais en mettre su’ ma dent pis tout allait être tigidou ! o.k., cool ! Je sors le sachet, je liche le bout de mon doigt pis j’en mets su’ ma dent. Ah ! Le soulagement ! Mais là, l. a. coke se met à faire des bulles dans bouche — comme si je venais de croquer dans un Alka-Seltzer. Fuck ! Cossé ça ? Pwwft ! Je le recrache. Fuck ! Cossé ça ? Je le regarde de plus près. Je le sens. Câlice… C’est du Draino, tabarnac ! Y lui avait donné du Draino. J’en suis sûr ! Fuck d’estie ! Je comprenais pus rien. Rien pantoute ! J’étais en câlice, ma tête a’ spinait. Pourquoi y’a fait ça, l’estie de malade ? (Un temps. ) Fuck. Ça m’est revenu. � Je préférerais mourir que de nuire à mon bébé.

Rated 4.41 of 5 – based on 33 votes